Les lignes de l’attente

de
Muriel Augry

Illustrations :
Akar Abdallah
(calligraphies)

Parution en mai 2020

• format : 21 x 30 cm
• pages : 104
• ISBN : 978-2-35128-173-4

Prix : 32.00 euros


• 40 calligraphies en couleur d’Abdallah Akar

• Postface de Cécile Oumhani


« Les lignes de l’attente » défilent sous nos yeux pour nous convier, en toute apparence, à un patient cheminement. Mais cet itinéraire est rapidement bouleversé par le choix des auteurs de brouiller les pistes. Le mouvement n’est pas uniquement linéaire, l’artiste associe d’autres traits,
invente d’autres formes géométriques et partage avec le poète l’abandon d’une continuité historique. Les mots s’offrent l’exquise liberté de voguer « à contre-courant » et permettent qu’ « une lettre chavire ». Passé et présent
se conjuguent dans une multiplicité de lieux, dans un tournoiement, un éblouissement des sens. New York, Brest, Rabat… l’Italie, l’Espagne, la Roumanie sont prétextes à escales pour des rencontres avec l’autre, avec les autres.

Le rêve, l’absence rythment et riment avec découverte et surprise. L’eau et le feu s’alternent tout comme « les échos de l’ombre » et « les silences chapardeurs » ou encore le « son perfide de la tarentelle ». Les bleus, les ocres, les noirs et blancs composent le décor sur lequel se fragmentent ou
se rejoignent les lignes, tour à tour fragiles ou puissantes.

L’attente est là. L’attente est tension, désir.


Née à Paris, Muriel AUGRY est poète, essayiste et nouvelliste. Docteur
ès lettres de l’Université de Paris Sorbonne, elle a enseigné à l’Université de
Turin, puis exercé différentes fonctions dans la diplomatie culturelle en Italie,
au Maroc et en Roumanie.

Elle est l’auteure d’un recueil de nouvelles "Rien ne va plus" (Éd. l’Harmattan,
2010) et de quatre recueils de poésie : "Les lendemains turquoises" (Éd. Marsam, Rabat, 2012), "Les Écailles du Soir" (Éd. L’Harmattan, 2012), "Éclats de murmures" (Virgule Éditions, Tanger, 2016) et "Instantanés d’une rive à l’autre" (Virgule Éditions, Tanger, 2018) qui a reçu en 2019 le Prix Vénus Khoury Ghata de la poésie illustrée.

Né en Tunisie, Abdallah AKAR arrive en France en 1970 pour poursuivre des études supérieures scientifiques à Paris VII. En 1980, il rencontre un maître en la personne du calligraphe Irakien Ghani Alani. Dans les années qui suivent, il expose tant en France qu’en Tunisie. De cette époque et jusqu’à ce jour, il se partage entre enseignement de la calligraphie, collaborations multiples avec l’Institut du Monde Arabe à Paris, séminaires tant en France qu’à l’étranger et création personnelle dans son atelier du Val d’Oise près de Paris.

Au début des années 2000, il conçoit une installation qui fera date :
20 textiles calligraphiés, hommage à la poésie préislamique, hommage réitéré en 2008 par la publication de "Poèmes Suspendus" (Muallaq’at) dans une édition bilingue franco-arabe aux Éditions Alternatives à Paris.


On peut voir sur Youtube une vidéo de Philippe Bouret qui présente l’ouvrage et lit quelques poèmes : https://youtu.be/KFyBPzKlw_U
— -